L'Empire se livre vous propose de découvrir l'histoire du Premier et du Second Empire au travers des événements organisés par la ville de Rueil-Malmaison et des livres écrits sur le sujet.


Vous pourrez ainsi y trouver des informations sur le Colloque Rueil Ville Impériale 5e édition et sur la séance de dédicaces des ouvrages qui se dérouleront comme chaque année à la Médiathèque Jacques-Baumel.

Colloque 2012


Samedi 1er décembre 2012
9h30 - 18h00
Médiathèque Jacques Baumel
15-21, Boulevard du maréchal Foch, 92500 Rueil-Malmaison

Les roses de Malmaison - par Hector Viger du Vigneau - 1886 - Huile sur toile
(C) RMN / Daniel Arnaudet


Lorsque l’on songe aux relations entre Napoléon et les femmes, deux images surgissent. D’une part celle de l’amant fougueux, écrivant des lettres enflammées à Joséphine, puis faisant la conquête pressée de Marie-Louise, après avoir collectionné de belles maîtresses, parmi lesquelles se détache la polonaise Marie Walewska. D’autre part l’image du père du Code civil qui fait de la femme une mineure passant de la tutelle de son père à celle de son mari. Au-delà de ces images, qui ne sont pas sans fondement, la société féminine est aussi, sous l’Empire, l’objet de mutations liées aux transformations des institutions et des modes de vie. Ainsi les femmes s’expriment par la plume, à travers romans et mémoires, s’impliquent dans le renouveau de l’enseignement, participent aux formes de sociabilité en plein renouveau que ce soit dans le monde des notables ou celui des couches populaires. Elles vivent aussi pleinement les effets d’une guerre continuelle à laquelle certaines participent activement. Au-delà du rapport direct qu’entretient Napoléon avec les femmes, lequel ne saurait être négligé, il était temps de s’interroger sur la place de la société féminine sous l’Empire, à partir des recherches les plus récentes conduites sur le sujet, et de montrer que les femmes tenaient une place à part entière dans l’histoire napoléonienne.




Jacques-Olivier Boudon,

Président de l'Institut Napoléon



Colloque Napoléon et les femmes
les conférenciers


Jacques-Olivier Boudon

Président du colloque

Historien spécialisé dans la Révolution, le Premier Empire et l'histoire religieuse contemporaine, Jaques-Olivier Boudon est écrivain et professeur à l'Université Paris IV Sorbonne. Il est le président de l'Institut Napoléon et dirige la publication de la revue de cette organisation. Il fait parti du jury des Grands Prix de la Fondation Napoléon et du Prix Mérimée attribués à des chercheurs publiant des travaux sur l'histoire des deux Empires.
Dernièrement, il a publié "Napoléon et la campagne de Russie : 1812" aux Éditions Armand Colin, "Napoléon et le Ier Empire" aux éditions J.-P. Gisserot et "Napoléon expliqué à mes enfants" aux éditions du Seuil.


Adeline Beaurepaire-Hernandez

Doctorante en histoire du XIXème siècle à l'Université Paris IV Sorbonne et Ingénieur d'études dans le cadre du programme de l'Agence nationale de la recherche Identités et Culture des Elites Méditerranéennes, Adeline Beaurepaire-Hernandez prépare actuellement une thèse sur les "Élites et notabilités dans les départements méditerranéens sous le Consulat et l’Empire" sous la direction de Jacques-Olivier Boudon.


Bernard Chevallier

Conservateur général honoraire du patrimoine, secrétaire Général de la Société des Amis de Malmaison, administrateur de la Fondation Napoléon et Président des Amis du Musée Murat, Bernard Chevallier est l'ancien directeur des musées de Malmaison et Bois-Préau. A ce titre, il était également en charge des musées napoléoniens d'Ajaccio et de l'île d'Aix, ainsi que des collections de Longwood à Sainte-Hélène.
Spécialiste incontesté de l'Impératrice Joséphine, il lui a consacré plusieurs ouvrages tels que "Douce et incomparable Joséphine" paru aux Éditions Payot en 1999, "L'art de vivre au temps de Joséphine" publié chez Flammarion en 1998 et "Correspondance de l'impératrice Joséphine : 1782-1814" également aux Éditions Payot en 1996.


Caroline Fayolle

Caroline Fayolle est agrégée d’histoire, doctorante et ATER à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Sa thèse, sous la direction de Michèle Riot-Sarcey, se propose d’interroger, avec l’outil du genre, les enjeux politiques de l’éducation des femmes (de la Révolution française aux années 1820).
Elle a publié notamment  Les fonctions politiques de la famille dans les livres d’éducation (1793-1816), Dix-huitième siècle, n°42, 2010, p. 635-653 ; Des institutrices républicaines (1793-1799), Annales historiques de la Révolution française, 2012-2, p. 87-103.



Jacques Jourquin

De formation pluridisciplinaire (HEC, Sciences Po, Droit, Histoire), Jacques Jourquin est sollicité par le groupe Hachette pour occuper un poste à la direction commerciale des éditions Tallandier (1963-1973) avant d'en rejoindre la direction et de devenir président-directeur général (1981-1992). Il a également été directeur de la revue Historia de 1981 à 1993 puis rédacteur en chef de la Revue du Souvenir Napoléon jusqu'en 2005. Vice-président de l'Institut Napoléon à la Sorbonne depuis 2004, il s'illustre par la publication régulière d'articles et d'ouvrages de référence sur l'histoire, et notamment sur le Consulat et le Premier Empire dont il est l'un des spécialistes français. Ses publications lui ont d'ailleurs valu d'être plusieurs fois couronné par l'Académie Française et l'Institut.
Il est l'auteur du Dictionnaire comparé des maréchaux du Premier Empire (JAS, 2001) qui a reçu le Grand Prix de la Fondation Napoléon et de Morny le flamboyant : 1811-1865 (SOTECA, 2012).



Jean-Michel Laot

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, Jean-Michel Laot a participé à la création de la Bibliothèque des Introuvables avec l’éditeur Claude Tchou puis, il en a poursuivi le développement jusqu’en 2010. Au sein de cette maison d’édition, il a notamment contribué à l’essor d’une collection « Histoire » qui compte, parmi ses publications, une réédition de la "Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l'empereur Napoléon III". Il a participé aux ouvrages "Napoléon & Marie-Louise : Correspondance" et "Napoléon & Joséphine : correspondance, lettres intimes" pour lequel il a réuni et annoté les lettres de Napoléon et Joséphine. Ces publications sont parues aux éditions SPM.


Jean-Clément Martin

Professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française. Il est notamment l'auteur de "La révolte brisée, femmes et hommes dans la Révolution française et l'Empire (1770-1820)" paru aux éditions Armand Colin en 2008 et a dirigé la publication de l'ouvrage "Napoléon et l'Europe : colloque de la Roche-sur-Yon, 8-9 juin 2001" aux Presses universitaires de Rennes en 2002, ainsi que de "La machine à fantasmes. Relire l’histoire de la Révolution française", aux éditions Vendémiaire, en 2012, et il a fait l’édition critique et la postface du livre "Peut-on prouver l’existence de Napoléon ?", de R. Whately, aux mêmes éditions également en 2012. Il publie dans l’automne, "Nouvelle histoire de la Révolution", chez Perrin.


Natalie Petiteau

Agrégée d'histoire en 1986, Natalie Petiteau est professeur d'histoire contemporaine à l'Université d'Avignon depuis 2005. Elle travaille sur la France du XIXe siècle, en étudiant notamment l'ombre portée du Premier Empire sur l'après 1815. Elle a publié sa thèse sur les anoblis du Premier Empire sous le titre "Élites et mobilités". Elle est notamment l'auteur de "Les Français et l’Empire 1799-1815", paru à La Boutique de l'Histoire (éditions de l'Université d'Avignon) en 2008 et "Écrire la mémoire : mémorialistes de la Révolution et de l'Empire" paru aux éditions Les Indes savantes en 2012.


Clyde Plumauzille

Attaché temporaire d'enseignement et de recherche d’Histoire moderne et contemporaine à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Clyde Plumauzille rédige actuellement sa thèse sur La fabrique de la « fille publique » : la Révolution face à la prostitution dans l’espace public parisien (1789-1799) sous la direction du Professeur Pierre Serna, directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Elle a fait de nombreuses interventions dans des colloques internationaux et des séminaires sur le sexe, la pornographie et la prostitution durant la Révolution et sous le Directoire.
Depuis novembre 2011, elle coorganise un séminaire de recherche intitulé Genre et Classes populaires à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (http://gcp.hypotheses.org/). Elle participe également régulièrement à la revue Clio. Histoire, femmes et sociétés. Avec son dernier article La nouvelle publicité de la prostitution dans le Paris révolutionnaire : information, marchandisation et banalisation d’une transgression sexuelle (1789-1799), elle a collaboré à l'ouvrage Genre, Transmissions, Transgressions à paraître aux Presses Universitaires de Rennes sous la direction de Lydie Bodiou.


Clémence Zacharie

Juriste et chercheur en droit public, Clémence Zacharie partage son temps entre une activité en cabinet et l'enseignement au sein de l'université. Depuis 2011, elle est Maître de conférence à l'Université Paris XXII-UPEC. Elle s'intéresse à l'histoire institutionnelle et notamment au droit du Consulat et de l'Empire. Elle pilote les partenariats de la Fondation Napoléon avec la faculté de droit. Elle a collaboré à plusieurs publications, notamment à l'ouvrage "Quand Napoléon inventait la France : dictionnaire des institutions du 1er Empire" publié chez Tallandier en 2008.



Programme du colloque



9h30 Accueil du public
9h45 Allocution de Patrick OLLIER,
Ancien Ministre et Député-Maire de Rueil-Malmaison
Allocution de Jacques-Olivier BOUDON, Président de l'Institut Napoléon
10h00 « Napoléon et le pouvoir des femmes »
Jean-Michel LAOT, Historien
10h30 « Regards féminins sur l'Empire à travers les mémoires »
Natalie PETITEAU, Professeur d'histoire à l'Université d'Avignon
11h00 Pause
11h15 « Joséphine et son entourage féminin »
Bernard CHEVALLIER, Conservateur général honoraire du patrimoine
11h45 « Les Femmes et la famille dans le Code Civil »
Clémence ZACHARIE, Maître de conférence à l'Université Paris XXII-UPEC
12h30 Pause déjeuner, suivie de l'ouverture officielle du salon du Livre 
Premier et Second Empire.
15h00 « L'empire des femmes, ou la femme en liberté contrôlée
dans la littérature pornographique renaissante»
Jean-Clément MARTIN, Professeur émérite à l'Université Paris I
15h30 « La Lutte contre la prostitution à Paris au tournant de 1800 »
Clyde PLUMAUZILLE, ATER d'histoire moderne à l'Université Paris I
16h00 « Les Écoles primaires pour filles sous l'Empire »
Caroline FAYOLLE, Doctorante en histoire à l'Université Paris VIII
16h30 Pause
16h45 « Les Femmes de notables des départements méditerranéens sous l'Empire »
Adeline BEAUREPAIRE-HERNANDEZ, Doctorante en histoire à l'Université Paris IV
17h30 « Les Femmes en guerre »
Jacques-Olivier BOUDON, Président de l'Institut Napoléon et Jacques JOURQUIN, vice-Président de l'Institut Napoléon
18h00 Clôture





Contact :
Carole Berté - Conservateur en chef 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire